Grand vase avec son couvercle, hô, Vietnam, région nord ou provinces limitrophes de la Chine, culture de Dông Son

Grand vase avec son couvercle, , Vietnam, région nord ou provinces limitrophes de la Chine, culture de Dông Son, Début de la période Nam Viêt ou Giao Chi (IVe-IIIe siècle avant J.-C.), Bronze, H. : 53,5 cm, INV. 2505-14 © musée Barbier-Mueller

Les bossettes et motifs en dents de scie ornant ce réceptacle imposant (des triangles entourés de bossettes visibles sur le couvercle et sur le col au niveau des anses) sont des motifs typiques de la culture de Dông Son, ici sous l’influence de la culture Nam Viêt (pays des Viêts, ou Yue pour les Chinois du Sud), aussi appelée « période Giao Chi » [1].

La tradition dôngsonienne est bien visible dans les anses en forme de U inversé. Des vases similaires apparaissent parfois dans la représentation de bateaux de guerre chargés d’hommes emplumés sur les tambours de type Heger I, comme sur les situles de bronze ; on les voit sous des sortes d’estrade, dans la cale, voisinant avec des scènes de tir à l’arc, etc.

Le corps du vase comme le couvercle sont recouverts d’un semis « granité » ressemblant à la peau d’un crapaud. Le pied est surélevé, de force tronconique, ajouré non par découpage du métal, mais lors de la fonte, comme le prouve la coupe hémisphérique et non plate. Il nous montre une série de cerfs, ou capridés, ayant un bouquet d’herbe ou un buisson sous le ventre, inscrits dans des cadres trapézoïdaux.

Un vase identique est exposé dans le musée privé Rìng trong Phô (La Forêt en ville) (Thanh Hoa). Un autre, dépourvu de sa base et de son couvercle, très abîmé, a été découvert dans une des sépultures du site de Dông Son même (un dessin, reconstitué, est reproduit dans cat. exp. Paris 2003, p. 68).

Les vases perchés sur des pieds ajourés ont pour origine les poteries des cultures qui se sont développées après le Néolithique le long des côtes du Vietnam, par exemple dans la baie d’Along (province de Quâng Ninh), ou Hoa Loc (province de Thanh Hoa). Le premier vase de bronze ayant un pied comportant des ajourations a été découvert, avec un vase à pied, dans un cercueil fait d’un tronc d’arbre évidé à Viêt Khê (Hàï Phòng). La datation au carbone C 14 de ce cercueil le fait remonter aux IVe-IIIe siècles avant J.-C.

Un certain nombre d’autres vases avec un pied ajouré sont apparus dans des tombes du pays des Viêts du sud (Nan Yue en chinois), dans la province de Guangdong, la région autonome de Guangxi et même la province de Guizhou. La technique permettant la fonte de pièces ajourées était assez largement répandue dans la culture de Dông Son.

Repr. : Cat. exp. Paris 2003, pl. 24. Édité par Laurence Mattet 

[1voir Viêt 2008, p. 24 sq.

Van Viêt Nguyên, Le profane et le divin, arts de l’Antiquité. Fleurons du musée Barbier-Mueller, musée Barbier-Mueller & Hazan (éd.), 2008 : p. 441.

Publicités